Presentation labelville

TOPBANNER-001
Qui sommes nous ?

Qui est Label Ville ?

 

  • Une association indépendante.
  • Elle poursuit un objectif d’intérêt général, issu de l’expérience professionnelle de ses co-fondateurs dans l’acte de construire la ville, pour améliorer les réponses des constructeurs au regard des objectifs poursuivis par les élus et les attentes des habitants et des usagers.

 

Son fil conducteur :

 

  • Enfin, introduire la notion « d’humain » dans la fabrication, la transformation ou les mutations de la cité après les dernières décennies, orientées vers un progrès plutôt normatif et technique.

 Ce label a pour mission d’accompagner chaque collectivité locale lors de la fabrication de la ville. Il favorise les liens avec l’ensemble des acteurs du logement privé ou social et des commerces. Il promeut la qualité d’usage des constructions pour les habitants eux-mêmes et vis à vis de l’environnement urbain dans lesquelles elles s’inscrivent. Ce label contribue à apporter des réponses harmonieuses et pérennes pour l’épanouissement du bien être et bien vivre ensemble.

Assurer et garantir la cohérence lors la construction de nouvelles opérations entre, d’une part, les objectifs urbains des élus, leurs traductions par leurs services municipaux et les attentes des administrés en matière de cadre de vie et de bien-vivre, et d’autre part, et les réponses apportées par les opérateurs maîtres d’ouvrages qui transforment le tissu urbain. Il s’agit d’un outil de communication tripartite fonctionnant autour d’un « pacte de confiance » chainant dans leur relations les politiques, les usagers et les constructeurs.

PROCESS-FROMAGE

Pourquoi la création de cette association ?

 

Ces dernières décennies le logement n’a été impacté que par des normes techniques reléguant souvent au second plan. Les besoins des usagers les évolutions sociétales le confort d’usage, la mutabilité des destinations des bâtiments ou la relation entre bâti et espaces publics. Les attributions des élus ne leur permettent de s’exprimer sur le « construire la cité » que lors de l’élaboration du règlement d’urbanisme et uniquement dans une posture de censeur lors de l’instruction du permis de construire ou de la conformité après livraison. De plus la création des communautés d’agglomeration ou de commerces et métropoles risque, à terme, d’écarter les maires de cette responsabilité.

La démarche Label Ville permet de mettre en place le parcours du « bâtir ensemble» et permet aux collectivités d’accompagner l’élaboration des projets au delà d’une simple vérification d’une conformité règlementaire. Elle favorise l’intégration des nouveaux habitants lors de leur emménagement et confort de vie.

Par ailleurs, force est de constater que :

  • Les élus s’expriment au travers d’idéaux dans leurs programmes électoraux qu’ils doivent s’appliquer à mettre en œuvre concrètement, dans un « temps politique » court. Les urbanistes et techniciens s’expriment au travers des règlements d’urbanisme ayant force de loi dans un vocabulaire « technique » parfois incompris des usagers, voire des politiques eux-mêmes. Les délais administratifs sont contraints et pas toujours intégrables ou compatibles dans les délais politiques et économiques.
  • Les besoins et attentes des « administrés » sont exprimés dans un langage d’usage et de besoins concrets, culturels, sociétaux, évolutifs mais possédant une autre temporalité, relevant souvent de l’urgence.
  • Les contraintes des promoteurs et ses bailleurs sociaux proviennent surtout des délais de validité des accords fonciers, de temporalité administrative, des équilibres financiers à respecter contraints par les organismes bancaires analysant les risques induits. Le temps dans lequel ils interviennent est court, voire éphémère à l’échelle de la ville.

Afin d’éviter toute incompréhension sur les objectifs à atteindre, erreurs de programmation ou de conception, il semble vertueux d’encourager une communication participative entre les acteurs concourant à fabriquer la ville au service de ses habitants. Label Ville devient ainsi un outil d’accompagnement, garant de la qualité d’usage des projets de constructions, d’en éviter les écueils, le process s’applique à toutes les phrases d’un projet de construction : avant sa programmation / Pendant sa programmation et sa conception / Pendant sa réalisation / Après sa livraison / Après « abandon » du bâtiment par l’opérateur aux propriétaires et locataires, et au patrimoine la ville.

Outre l’expertise de ses co-fondateurs, et des administrateurs principalement issus de l’administration territoriale et des professions concourant à l’acte de construire, l’Association s’est entourée des compétences requises et spécifiques pour chaque collectivités ou territoires (urbanistes, architectes, ingénieurs bâtiment, promoteurs, conseils, banquiers, commercialisateurs, bureaux de tendances , chercheurs …) afin d’auditer les villes et d’instruire les demandes des promoteurs en vue de l’obtention du label. L’Association à but non lucratif perçoit des honoraires :

  • des villes dans un acte volontaire décident d’un audit en vue de produire le « référentiel »
  • des promoteurs décident de s’engager dans la démarche de labellisation

Les besoins de fonctionnement de l’Association sont réduits à leur plus simple expression :

  • bureau
  • secrétariat
  • frais de fonctionnement administratifs
  • expert comptable

Les administrateurs sont bénévoles. Le travail effectif se réalise par des auditeurs- experts, agréés par l’Association qui remettront leurs rapports contre rémunération forfaitaire.

La labellisation profite à la Ville qui hérite d’un immeuble plus intégré et plus pérenne et au maître d’ouvrage qui propose un produit plus adapté aux besoins et bénéficie d’une labellisation commerciale.

  • Pour les collectivités : il est demandé un montant forfaitaire de 1.000 € HT qui comprend l’adhésion à l’association pendant 3 ans.

Pour les promoteurs :

  • 150 € HT par logement adapté selon le prix de vente des logements dans le site visé donc le prix sera de 150 € x (prix de vente TTC/m2 hab cis pk/5.000)
  • 75 € HT par chambre ou ST étudiant, jeunes actifs, etc. x (prix de vente TTC/m2 hab cis pk/5.000)
  • Cette tarification permet aux petits projets d’accéder à la labellisation et de ne pas pénaliser les opérations où les prix de vente sont relativement faibles

L’association constituera un fond de solidarité destiné à des améliorations du cadre de vie et des logements dans la ville ou autres actions (fondations, mécénat ou autres formes juridiques souhaitées par chaque municipalité).